Le freemium

Le Freemium

Le Freemium

Freemium est un terme marketing obtenu par la combinaison de Free et Premium. Si on s’en réfère aux définitions respectives de ces deux termes, on peut déduire qu’il s’agit de proposer quelque chose de gratuit mais qui donne accès à quelque chose de haut de gamme.

Le Freemium est une stratégie commerciale qui s’appuie sur la gratuité pour générer des revenus. Plus précisément, le Freemium propose un service gratuit mais limité. En parallèle, il est également question de proposer une option payante, donnant droit à plus d’options.

Le modèle économique Freemium s’appuie sur le principe de la satisfaction. Appâtés par la gratuité, les utilisateurs se ruent sur le produit / le service en question. Ils se retrouvent alors vite convaincus de l’intérêt du service / produit. Conscients de l’utilité de la version complète, ils n’hésiteront pas alors à souscrire à l’offre payante une fois que le délai de gratuité est terminé.

Le principe du « Satisfait ou remboursé » fait indubitablement le succès du Freemium. En plus de maximiser les chances de mener les clients vers l’offre payante, le Freemium permet également à l’entreprise de se constituer une base de données client, exploitable ultérieurement.

Il y a beaucoup d’exemples qui peuvent illustrer la stratégie Freemium. En réalité, presque tous l’utilisent :

· Les développeurs d’applications mobiles (Deezer, Spotify).

· Les développeurs de logiciels

· Les supports divers (tutoriels, cours, etc.)

· Les développeurs de jeux vidéos divers.

Nous espérons que cet article vous aura été utile. Nous restons à votre disposition pour toutes questions complémentaires.

A bientôt Chez E-Formaction

La démarche de gestion de projet

La démarche de gestion de projet 

La démarche de gestion de projet concerne l’organisation générale et le suivi d’un projet, tant sur les plans stratégiques que sur les aspects opérationnels. On parle d’organisation et de planification du travail à tous les niveaux. Toute la gestion des tâches se retrouve ainsi sous la responsabilité du gestionnaire de projet.

Le chef de projet se charge : 

  • d’évaluer la faisabilité du projet au moyen d’une analyse fonctionnelle, 
  • d’écarter les obstacles en optimisant la gestion des risques, 
  • de définir un cahier des charges et bien souvent un référentiel, 
  • de chiffrer et de respecter le budget défini, 
  • de structurer la mise en œuvre, 
  • de planifier (planning projet) et gérer un projet, 
  • de piloter l’avancement du projet en appliquant une méthodologie.  

A noter que le chef de projet peut être accompagné dans ces tâches. 
Selon le contexte, le chef de projet doit aussi faire travailler ensemble les ressources humaines concernées, comme des spécialistes métiers. Dans de nombreux cas, on emploie les termes maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage (comme dans un projet informatique par exemple). Le chef de projet doit donc faire preuve d’un certain leadership, et faire cohabiter avec exigences les équipes de travail grâce aux technologies de l’information. 

Il est important de suivre chacune des étapes du projet et de respecter les deadlines de chacune de celle-ci. En suivant l’avancement, le chef de projet doit faire face aux imprévus s’il y en a et mettre en place les actions correctrices nécessaires. Pour se faire, le chef de projet va pouvoir se munir de nombreux outils du début jusqu’à la fin de son projet, comme par exemple le brainstorming avant le début du projet pour réunir les idées de chacun, le diagramme de GANTT pour structurer et suivre son projet, des tableaux de bords et d’objectifs ou encore tout autre outils utiles dans le cadre du projet. 

Nous espérons que cet article vous aura été utile. Nous restons à votre disposition si vous avez des questions à ce sujet.  

 

A bientôt chez E-Formaction. 

Le sourcing

Le sourcing

Le sourcing

Le sourcing est la démarche de recherche de fournisseurs répondant au mieux aux besoins de la société acheteuse en termes de coûts, délais, innovation et qualité. C’est la nouvelle politique fournisseur efficace de l’entreprise. Elle consiste à réévaluer la politique fournisseur en recherchant de nouveaux fournisseurs, en mettant les fournisseurs déjà contractualisés en concurrence avec de nouveaux fournisseurs, en évaluant en permanence les fournisseurs, en maintenant avec eux des relations permanentes basées sur des solutions coopératives par exemple. L’objectif est de parvenir à réduire les coûts globaux d’acquisitions, maintenir sa compétitivité et, également, créer de la valeur avec ses fournisseurs. On peut considérer parler de démarche sourcing pour:

  • la définition du cahier des charges
  • la recherche de nouveaux fournisseurs (analyse marché fournisseur)
  • le choix de la stratégie d’achat et des objectifs visés, qui découle du type de sourcing
  • la constitution du panel fournisseur, qui découle aussi du sourcing,
  • la cotation, sélection, finalisation pour le choix des fournisseurs, relève de la stratégie de sourcing,
  • la validation des résultats (short-list finale de fournisseurs, négociations), de la stratégie de sourcing,
  • Mise en place de la solution avec le fournisseur: donc mise en place de la solution de sourcing.

La distinction entre RFI et RFQ

RFI Request For Information

La RFI Intervient en amont du sourcing lorsque nous cherchons de nouveaux fournisseurs capables de répondre à notre besoin. Bien souvent, nous avons besoin de plus d’informations sur les produits et services de ces fournisseurs et c’est donc là qu’intervient la RFI. Par la suite va découler la constitution du panel fournisseur lorsque nous aurons toutes les informations en notre possession.

Request For Quotation

La RFQ est l’étape suivante. Nous avons notre panel, nous avons défini notre besoin, il est donc temps d’effectuer une Request For Quotation et donc de mettre en concurrence les fournisseurs de notre panel.

Nous espérons que cela vous aura été utile. Nous restons à votre disposition pour toutes questions.

A bientôt chez E-Formaction !

La marge commerciale

La marge commerciale

La marge et le taux de marge sont deux indicateurs de rentabilité qui mettent en évidence combien d’argent vous allez gagner sur la vente d’un article, d’un produit ou d’une prestation de services par rapport au prix auquel vous l’avez payé initialement. La marge s’exprime en unité de monnaie (l’euro par exemple ou le millier d’euros) tandis que le taux de marge est exprimé en pourcentage. 

Attention, la marge est une notion différente du bénéfice qui, quant à lui, prend en compte tous les frais liés à la vente et au fonctionnement de l’entreprise (amortissement du matériel, coûts marketing et commerciaux, impôts et taxes, salaire du personnel administratif, etc.). 

La marge et le taux de marge peuvent se déterminer produit par produit ou globalement par secteur d’activité. 

Comment calculer sa marge ?  

Marge = prix de vente HT des marchandises – coût d’achat HT des marchandises vendues 

Le coût d’achat des marchandises vendues correspond au prix d’achat des marchandises augmenté ou diminué de votre variation des stock (dans le cas où vous auriez défini un délai de rotation des stocks, c’est-à-dire un délai séparant le moment où une marchandise entre dans vos stocks et le moment où elle en sort pour être vendues). 

Taux de marge = [ marge commerciale / coût d’achat des marchandises vendues] * 100 

Le taux de marge commerciale reprend la marge commerciale et le rapport au coût d’achat des marchandises vendues (déjà déterminé dans le calcul de la marge). Il est souvent confondu, à tort, avec le taux de marque qui représente le rapport entre la marge commerciale et le chiffre d’affaires hors taxes. 

Exemple:  

  • Achat d’ingrédients: 8 € 
  • Vente de gateau: 10 € 
  • Marge: 10 – 8 = 2€ 
  • Taux de marge: 2/8 x100 = 25 % 

C’est la fin de cet article, nous espérons qu’il vous aura été utile !  

 

A bientôt chez E-Formaction !