Le formateur et le groupe

Le formateur et le groupeLe formateur et le groupe

Le groupe est un ensemble d’individus qui poursuivent un but commun, limité par sa taille et où chacun connaît tous les autres et peut établir avec eux des relations personnelles. Au sein de cet ensemble, les comportements de chacun interagissent sur les comportements de tous les autres ; ces interactions sont structurées et non livrées au hasard, elles évoluent avec le temps. Nous vous proposons donc aujourd’hui de voir quelle fonction le formateur possède pour agir avec le groupe, ainsi que ce qu’il peut faire pour instaurer un climat favorable en formation

Les fonctions pour agir avec le groupe :

La fonction production :

Ce qui fait la réalité d’un groupe, c’est l’accord des membres sur une production bien précise : Un groupe se constitue pour prendre une décision, faire un plan de travail, étudier un problème, réaliser une tâche ou atteindre un objectif pédagogique donné. Les objectifs définissent des résultats à produire, et sans eux il n’y a donc pas de groupes.

La fonction facilitation :

Un groupe ne va pas facilement vers les buts qu’il s’est fixés : Il se disperse, il perd de vue sa finalité, il peut errer sans méthode. La production de chacun est donc mal prise en compte. Il faut donc faciliter cette production.

La fonction régulation :

Faciliter le travail du groupe n’est possible que si le groupe a confiance dans sa capacité à progresser. Si le climat est bon, l’accord formel est bien un accord réel sur les fins poursuivies. En revanche si le climat ne favorise pas cela, le formateur doit comprendre le problème et réguler pour motiver de nouveau ses apprenants

Instaurer un climat favorable 

Voici 3 exemples qu’un formateur peut utiliser pour instaurer un climat favorable :

  • En percevant les difficultés inhérentes à la relation en formation,
  • Par l’écoute et le traitement des questions et des difficultés de chaque apprenant,
  • Par la prise en compte des représentations et expériences préalables du stagiaire : le savoir se constitue à partir d’elles.

C’est la fin de cet article, nous espérons qu’il vous aura été utile, n’hésitez pas à nous questionner si vous en avez besoin.

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChezE-Formaction

Facebookhttps://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitterhttps://twitter.com/EFORMACTION

Youtubehttps://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw

Aider les apprenants dans leurs apprentissages

Aider les apprenants dans leurs apprentissages

aider les apprenants

La relation d’aide permet à l’apprenant d’être soutenu dans son apprentissage dans une situation qui est difficile pour lui/elle. Néanmoins, cela ne signifie pas faire à la place de la personne. Il faut l’accompagner dans sa démarche en ne dépassant pas 50% du travail qui doit être réalisé. Si vous dépassez ces 50%, on rentre dans de l’assistanat et non une relation d’aide. Nous vous proposons d’aborder les principes à avoir lorsqu’on est dans une relation d’aide, ainsi que les outils que vous pouvez utiliser.

Les principes à avoir

Voici quelques principes à avoir lorsque l’on est dans une relation d’aide :

  • En tant que formateur, nous ne savons pas ce qui est bon (ou bien) pour l’autre. Il ne faut donc pas apporter un jugement trop rapidement sur ce qui est bien ou sur ce qui est mal,
  • Il y a toujours une attention positive à tous nos comportements,
  • En tant que formateur nous créons des conditions pour le développement de l’apprenant,
  • Il faut savoir prendre du recul,
  • Le but de la relation d’aide est de permettre à l’autre de développer son autonomie.

Les outils

  1. Mener un entretien d’aide ou de compréhension :

Cet entretien permet de guider l’apprenant dans ses choix ou ce qu’il doit entreprendre, d’être à la recherche de ses motivations, d’identifier  les différents problèmes. Il est toujours utile lorsqu’il s’agit de clarifier une situation. En revanche, l’entretien d’aide est contre indiqué dans les situations suivantes :

  • Problème de l’ordre des connaissances,
  • Situations ou l’apprenant a un pouvoir de réflexion nul ou insuffisant,
  • Non coopération de la part de l’individu.
  1. Mettre en place un contrat pédagogique

C’est un aménagement entre le formateur et le stagiaire qui est prévu pour accroître, faciliter les apprentissages. Il est toujours court et a pour but de raviver la motivation, de réguler les relations. C’est un accord mutuel entre stagiaire et formateurs.

 

Nous espérons que cet article vous aura été utile. Chez E-Formaction nous avons un réel savoir en Pédagogie. Vous pouvez nous consulter si vous avez un projet de formation sur cette thématique.

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChezE-Formaction

Vous pouvez également nous suivre sur nos réseaux ci-dessous !

Facebookhttps://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitterhttps://twitter.com/EFORMACTION

Youtubehttps://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw

Comment présenter un déroulement de séquence ?

Comment présenter un déroulement de séquence ?

Le déroulement d’une séquence de formation est tout aussi important que la présentation des objectifs. Il facilite l’accueil du stagiaire pendant la séquence de formation et donne les lignes directrices qui devront être suivies tout au long de cette séquence. Nous allons donc vous présenter quelles étapes à respecter pour présenter le déroulement d’une séquence, puis 6 règles de vies à instaurer au sein de votre formation.

Les étapes à respecter lors de la présentation du déroulement

Lorsque vous avez plusieurs journées de formation avec le même groupe, il est conseillé de réaliser un déroulement par jour de formation. Nous vous proposons donc 3 étapes à respecter :

  • Faire un rappel de la dernière séquence de formation par un jeu de questions/réponses avec les apprenants. C’est ce que l’on appelle un réveil pédagogique ! En effet cela permet de mettre les apprenants dans le contexte de la formation et également de faire un rappel sur les notions étudiées lors de la séquence précédente.
  • Noter au tableau l’objectif de la séquence, le plan de travail de la journée, ainsi que les temps de pause. Les apprenants peuvent donc voir comment la journée sera rythmée et pourront s’y préparer.
  • Donner le cadre à respecter tout au long de la séquence. (Voir les 6 règles de vies).

 

Les 6 règles de vies à instaurer au sein de votre formation

  • Assiduité et ponctualité : Etre présent à l’ensemble de la formation. Chaque absence ou retard doit faire l’objet d’une information au formateur et au groupe.
  • Une responsabilité partagée : Le formateur propose des situations d’apprentissage adaptées aux besoins et aux objectifs de formation. Les apprenants s’engagent à s’investir dans les différentes situations proposées.
  • Réactivité et vérité : Chacun s’engage à dire ce qui lui convient ou non à propos de la formation et des relations dans le groupe.
  • La confidentialité : Engagement de chacun des membres à ne pas communiquer ou utiliser à l’extérieur du groupe des situations vécus ou rapportées par le groupe.
  • Le respect : Engagement à être vigilant sur son comportement vis-à-vis des autres membres du groupe.
  • La convivialité : être dans une dynamique de partage.

Chez E-Formaction nous possédons un réel savoir en pédagogie. Nous pouvons vous aider sur de nombreuses thématiques comme par exemple le maintien de la motivation des apprenants. Vous pouvez nous contacter sur ce type de sujet.

Nous espérons que cet article vous aura été utile.

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChezE-Formaction

Facebook: https://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitter: https://twitter.com/EFORMACTION

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw

Comment présenter le déroulement d’une séquence ?

Comment évaluer une formation

Comment évaluer une formation

Lors de chaque formation, l’évaluation est une phase indispensable car c’est elle qui permet d’identifier le développement des compétences. Il existe plusieurs approches que vous pourrez mettre en place en fonction de l’objectif de la formation. Nous décidons aujourd’hui de vous en dire plus sur cet aspect avec notamment la différence entre l’évaluation qualitative et quantitative, mais également avec 3 dispositifs d’évaluation que vous pourrez mettre en place.

L’évaluation quantitative

L’évaluation quantitative fait référence à un système de valeur prédéfini. Exemple : Une évaluation sur un entretien de vente avec une grille précise ou l’on attribue un nombre de points en fonction des compétences développées : prise de contact, découverte du candidat, argumentation des produits.

L’évaluation qualitative

Cette évaluation prend en compte l’ensemble des activités des thèmes à aborder pendant la formation et leur implication dans les modes de contrôle (l’auto-évaluation). Exemple : L’évaluation pourra être effectuée après une période donnée en entreprise pour vérifier la satisfaction des clients au niveau de l’accueil des standardistes.

La notion de dispositifs d’évaluation

Cette notion est souvent utilisée en face à face pédagogique car elle varie en fonction du rôle des acteurs en formation, en fonction des enjeux qui les concernent, de l’objectif poursuivi et du type de pédagogie adoptée.

Une démarche d’évaluation idéale clarifie les critères d’appréciation de la formation, et met chaque acteur en mesure de les employer à bon escient :

  • Pendant la formation, on balise les étapes du parcours on vérifie la progression pédagogique et on qualifie le chemin parcouru. Elle s’appelle l’évaluation formative.
  • A la fin de la formation, on vérifie le niveau de satisfaction des formés par l’évaluation de satisfaction en fonction du contenu et des attentes des stagiaires.
  • Après la formation, on constate les effets du changement par l’évaluation en différé que l’on appelle également évaluation à froid.

Dans son évaluation, le formateur utilise des critères d’évaluation pour scinder les étapes de l’apprentissage, encourager la progression des stagiaires, et les associer à une démarche d’évaluation.

Chez E-Formaction, nous sommes en mesure de vous donner tous les outils pour évaluer une formation. N’hésitez pas à nous contacter à ce sujet.

Nous espérons que cet article vous aura été utile.

A bientôt chez E-Formaction

@UgoChezE-Formaction

Vous pouvez également nous suivre sur nos réseaux ci-dessous !

Facebook: https://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitter: https://twitter.com/EFORMACTION

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw

 

Comment accueillir un client en magasin

Comment accueillir un client dans un magasin ?

Comment accueillir un client

« Nous n’avons jamais une deuxième chance de faire bonne impression » c’est pourquoi l’accueil du client en magasin est primordial et doit être réalisé dans de bonnes conditions. Nous vous proposons aujourd’hui quelques conseils et techniques sur l’accueil du client en magasin. Nous verrons dans un premier temps comment créer un climat agréable, mais également comment gagner la confiance du client dans une seconde partie.

Comment créer un climat agréable ?

Voici 3 conseils, logiques mais pas toujours effectués, que le vendeur doit appliquer :

  • Etre enthousiaste afin de véhiculer sa bonne humeur au client,
  • Etre souriant car il est contagieux et important dans les métiers de la vente,
  • Avoir un style naturel pour montrer votre professionnalisme. Vous devez faire sentir que vous êtes à l’aise.

En faisant cela, vous instaurez un climat positif qui génère une bonne impression au client. Les 20 premières secondes sont les plus importantes dans la vente.  Egalement, la présentation du vendeur sera associée inconsciemment à ses produits. Le vendeur reflète donc la marque.

Enfin, sachez vous adapter aux clients, certains auront besoin de votre présence à portée de main, d’autres auront envie de plus de liberté. Vous devez savoir repérer ceci et vous en servir afin de ne pas contrarier le client. En revanche, vous ne devez pas être invisible pour le client, il est important qu’il y ait un contact, même si ce n’est qu’un Bonjour.

Comment gagner la confiance du client ?

Le rôle du vendeur est également déterminant sur ce point. Il doit obtenir la confiance du client en lui étant sympathique et serviable. Si le client trouve le vendeur sympathique, à travers lui, ce seront les produits du magasin qu’il trouvera sympathique également, et inversement s’il est antipathique.

Il faut donc savoir se vendre avant de vendre ses produits. Il faut que les vendeurs aient une bienveillance vis-à-vis des autres  et un optimisme personnel.

Pour conclure cet article, voici une règle d’or pour tous les vendeurs : il ne faut jamais « sauter sur le client ». Les consommateurs sont habitués au libre-service et au libre-service assisté. Le client ressentira cette intrusion comme une agression.

C’est la fin de cet article, j’espère qu’il vous aura intéressé. Chez E-Formaction, nous sommes en mesures de vous former aux techniques de ventes si vous en avez besoin. N’hésitez pas à nous contacter !

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChez-E-Formaction

Vous pouvez également nous suivre sur nos réseaux ci-dessous !

Facebook: https://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitter: https://twitter.com/EFORMACTION

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw

8 problématiques rencontrés par les formateurs

8 problématiques rencontrés par les formateurs

Comme nous vous le disions lors de nos précédents articles, nous sommes spécialisés en pédagogie et en formation de formateur. Nous intervenons régulièrement auprès de formateurs qui souhaitent développer et dynamiser leurs pratiques pédagogiques. Nous les conseillons également face à certaines situations qu’ils rencontrent dans leurs vies quotidiennes. Nous avons donc sélectionné pour vous une liste de 8 questions souvent présente lors de nos interventions. Nous vous proposons des réponses sous formes de listing que vous pourrez appliquer si vous êtes aussi confrontés à ce type de problématique pendant vos séquences. C’est parti !

 

 

 

« Comment gérer son temps au niveau de la préparation d’une formation et entretenir la motivation des stagiaires ? »

  • Planifier sa semaine et son temps de travail,
  • Préparer le scénario de vos formations et les applications et les agrémenter en fonction du temps restant,
  • Utiliser des méthodes actives
  • Grouper les thèmes de formation sur une journée et prévoir des activités transversales pour travailler plusieurs thématiques en même temps

« Comment gérer les distraction des apprenants en formations ? »

  • Poser le cadre dès le début de la formation
  • Se recentrer sur l’apprenant qui se distrait,
  • Faire reformuler l’apprenant distrait.

« Comment gérer les retards ? »

  • Mettre des règles de vies dès le début de la formation,
  • Faire créer des règles de vies au sein du groupe.
  • Etre ferme en expliquant ce que nous ressentons quand la personne est en retard.

« Comment évaluer les acquis ? »

  • Faire des reformulations,
  • Faire des feed-back réguliers,
  • Faire des synthèses partielles après une pause,
  • Faire des évaluations régulières avec des QCM,
  • Utiliser la méthode interrogative avec l’ensemble du groupe.

« Comment s’adapter à différents niveaux ? »

  • Responsabiliser les meilleurs en demandant de vous seconder dans les explications,
  • Mettre en place des ateliers en fonction du niveau

« Comment se comporter lorsque le groupe ne suit pas ? »

  • Modifier son scénario pédagogique en réadaptant par la suite la progression pédagogique,
  • Choisir des méthodes actives et expérimentales pour favoriser l’échange et débloquer des situations,
  • Faire faire des travaux en sous-groupes.

« Comment réguler un groupe trop agité ? »

  • Mettre en place un contrat pédagogique avec le groupe,
  • Changer son attitude pour provoquer une réaction,
  • Reposer le cadre de départ.

«Comment gérer les saboteurs ? »

  • Mettre en place un contrat pédagogique,
  • Replacer l’apprenant dans un contexte de travail et demander où est la source de son comportement,
  • Responsabiliser l’apprenant,
  • Prendre appui sur les personnes ressources (si possible).

Nous espérons que cet article vous aura été utile, si vous avez des questions auxquelles vous ne trouvez pas de réponses, vous pouvez nous contacter via nos réseaux, nous serons heureux de pouvoir vous aider.

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChezE-Formaction

Vous pouvez également nous suivre sur nos réseaux ci-dessous !

Facebook: https://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitter: https://twitter.com/EFORMACTION

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw

Les supports de formation

Les supports de formation

Tout formateur possède ses ressources pédagogiques pour exercer son métier et développer au mieux ses compétences. On y retrouve notamment les supports de formations distribués aux apprenants pour dynamiser les séquences et aussi dans l’objectif toujours de développer les compétences des stagiaires. Nous allons donc aujourd’hui vous proposer d’aborder dans une première partie, les différentes formes de supports qui existent, et dans une seconde partie l’importance de diversifier ces supports.

Les différentes formes de supports de formation

Grâce aux outils d’aujourd’hui, vous avez d’immenses possibilités pour élaborer vos supports de cours. Tout d’abord bien sûr il existe les supports papier classique ou encore les powerpoint de présentation. Aujourd’hui nous souhaitons aborder avec vous des nouveaux supports. En effet il existe de nombreux outils souvent numériques, mais pas toujours. Vous pouvez utiliser de nouvelles présentations grâce à des outils comme Prezi, vous pouvez également réaliser des quizz simple grâce à Plickers, ce qui dynamisera également la séquence avec vos apprenants. Mais, vous pouvez également réaliser des jeux pour développer les compétences de vos apprenants. En effet, cet aspect est en lien avec la Gamification, un article que nous avions mis en ligne il y a quelques semaines (que vous pouvez retrouver en cliquant ici). Ces jeux motivent les apprenants et sont de plus en plus recherchés. Alors pourquoi ne pas les instaurer également dans vos séquences ? Enfin, la conception de vidéos peut également améliorer la qualité de vos séquences et impliquer vos apprenants.

L’importance de diversifier ses supports de formation

Il est important de diversifier ses supports de formation pour ne pas placer l’apprenant dans une monotonie. Si vous lui donnez uniquement des brochures à lire, cela va engendrer une baisse de la motivation et la mémorisation sera moindre. En revanche, si vous le placez dans des situations où il est actif, comme par exemple un jeu pour comprendre un aspect technique, il sera impliqué, devant une vidéo/un Prézi ou un Powerpoint, l’implication de l’apprenant se fera par la prise de note. Enfin, l’intérêt pour le formateur de diversifier ses supports, c’est qu’il  la possibilité de les actualiser avec les données récente / changements importants et donc d’être à jour.

Chez E-Formaction, nous pouvons vous proposer des formation pour diversifier vos outils en formation. Découvrez le programme en cliquant ici !

 

Nous espérons que cet article vous aura été utile

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChezE-Formaction

Vous pouvez également nous suivre sur nos réseaux ci-dessous !

Facebook: https://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitter: https://twitter.com/EFORMACTION

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation est un contrat de formation en alternance, associant formation pratique en situation de travail et formation théorique dans un organisme de formation ou dans une entreprise. Créé pour remplacer les contrats de qualification, d’orientation et d’adaptation, le contrat de professionnalisme est un contrat en alternance dont la durée peut être déterminée ou indéterminée. Nous allons donc vous présenter les conditions à remplir pour établir un contrat de professionnalisation, la rémunération ainsi que les avantages.

Les conditions

Pour pouvoir obtenir un contrat de professionnalisation, vous devez être dans l’une des situations suivantes :

  •  Les jeunes entre 16 et 25 ans
  •  Les demandeurs d’emploi de plus de 26 ans inscrits au Pôle Emploi
  •  Les jeunes qui sortent d’un contrat aidé
  •  Les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active), de l’ASS (Allocation de Solidarité Spécifique) ou de l’AAH (Allocation aux adultes handicapés)

Vous pourrez donc  être embauché en contrat de professionnalisation par tout employeur du secteur marchand assujetti au financement de la formation professionnelle continue.

La rémunération

  • Jeune de moins de 21 ans : minimum 55% du SMIC ; (65% du SMIC si vous êtes au moins titulaire d’un baccalauréat professionnel ou d’un titre ou diplôme à finalité professionnelle de même niveau),
  • Jeune de 21 à 25 ans : minimum 70% du SMIC ; (80% du SMIC si vous êtes au moins titulaire d’un baccalauréat professionnel ou d’un titre ou diplôme à finalité professionnelle de même niveau),
  • Demandeur d’emploi de 26 ans et plus : minimum 85% de la rémunération minimale prévue par la convention ou l’accord collectif de branche dont relève l’entreprise ou minimum 100% du SMIC

Les avantages

Pour le salarié:

  • Vous bénéficiez d’un accompagnement professionnelcomplet, centré sur les besoins en compétences de votre entreprise et de votre secteur d’activité.
  • Un contrat de travail en alternance: vous êtes un salarié de l’entreprise comme les autres et en plus vous bénéficiez d’une formation pendant vos heures de travail.
  • Une formation qualifiante: vous préparez une qualification professionnelle recherchée sur le marché de l’emploi, soit sanctionnée par un diplôme ou un titre répertorié par l’Etat, soit reconnue par les partenaires sociaux, dans le cadre d’une convention collective de branche, soit figurant sur une liste établie par une Commission Paritaire Nationale de l’Emploi (CPNE).

Pour l’employeur

Il peut bénéficier :

  • d’une réduction générale de cotisations dite réduction «  Fillon »
  • D’une exonération des cotisations patronales de Sécurité Sociale(assurance maladie, maternité, invalidité et vieillesse décès), et d’allocations familiales si vous avez 45 ans et plus.
  • De certaines exonérations s’il appartient à un groupement d’employeurs (GEIQ)
  • D’une prise en charge des actions de formation, d’évaluation et d’accompagnementpar l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé (OPCA).
  • D’un financement des frais liés au tutorat par l’OPCA
  • de l’aide forfaitaire à l’employeur (AFE) versée par pôle emploi si vous êtes demandeur d’emploi âgé de 26 ans et plus, de l’aide de l’Etat versée par pôle emploi, si vous êtes demandeur d’emploi âgé de 45 ans ou plus (aide cumulable avec l’AFE visée ci-dessus)
  • De l’aide de l’Etat, versée par pôle emploi, pour toute embauche supplémentaire en contrat de professionnalisation (ou en contrat d’apprentissage).

 

Nous espérons que cet article vous aura intéressé, et qu’il vous en a appris plus sur le contrat de professionnalisation.

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChezE-Formaction

Le CIF : Congé individuel de formation

Le CIF : Congé individuel de formation

Comme vous le savez, nombreux sont les dispositifs de formation mis à disposition des salariés en France, et notamment le Congé Individuel de Formation (CIF). Nous allons donc vous en dire plus aujourd’hui sur ce dispositif, quelles conditions remplir pour pouvoir l’appliquer, ainsi que ses avantages.

Les conditions à remplir

Le CIF permet à tout salarié de suivre, à son initiative et à titre individuel, une action de formation. Il doit remplir 2 critères :

  • L’ancienneté :

Le salarié en CDI doit justifier d’une activité salariée d’au moins 2 ans consécutifs ou non (3 ans s’il est salarié d’une entreprise artisanale de moins de 10 salariés), dont 1 an dans la même entreprise.

Le salarié en CDD doit justifier d’une activité salariée d’au moins 2 ans, consécutifs ou non, au cours des 5 dernières années dont 4 mois, consécutifs ou non, sous CDD, au cours de la dernière année.

  • Le délai de franchise :

Un délai de franchise minimum est imposé entre 2 Cif. Ce délai exprimé en mois est égal à la durée du précédent Cif (en heures) divisé par 12. Il ne peut être inférieur à 6 mois ni supérieur à 6 ans.

Les démarches :

Le salarié doit adresser à son employeur une demande de CIF indiquant le nom de la formation, la date de début, le lieu, ainsi que l’organisme qui dispense la formation. Cette lettre doit être envoyée :

  • 120 jours avant le début de la formation si celle-ci dure plus de 6 mois et/ou si elle s’effectue à temps pleins.
  • 60 jours avant le début de la formation si celle-ci dure moins de 6 mois.

A noter qu’avec le CIF, vous pouvez suivre soit un an de formation à temps pleins soit l’équivalent de 1200 heures de formation maximum.

Lorsque l’employeur reçoit la lettre, il ne peut refuser votre demande. Il peut simplement reporter le début de votre formation de 9 mois maximum en le justifiant par :

  • Des raisons de services,
  • Ou un taux d’absence déjà élevé au sein de l’entreprise.

Les avantages du CIF

Le CIF a un avantage majeur. En plus de développer vos compétences et d’obtenir une nouvelle certification, il vous permet également de vous reconvertir dans un autre domaine si vous le souhaitez.

Nous espérons que cet article vous aura été utile, vous pouvez nous contacter si vous avez des questions complémentaires.

A bientôt chez E-Formaction !

@UgoChezE-Formaction

Le contrat d’apprentissage

Contrat d’apprentissage

Dans le code du travail Français, il existe plusieurs types de contrats de travail (comme par exemple les plus connus CDD ou CDI), et notamment des formes de contrats alliant formation théorique et pratique avec un statut de salarié. Le contrat d’apprentissage en fait partie et possède plusieurs spécificités bénéfiques pour l’individu salarié et aussi pour l’entreprise. Nous allons donc vous présenter les conditions pour établir un contrat d’apprentissage, et également les avantages que celui-ci offre.

Les conditions à remplir

Le contrat d’apprentissage vise les jeunes travailleurs entre 16 et 25 ans souhaitant suivre une formation générale, théorique et pratique, pour obtenir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique, ou un titre d’ingénieur.

Tout employeur privé ou public peut conclure un contrat de travail avec un salarié qui doit :

  • avoir entre 16 et 25 ans ;
  • ou, après 25 ans, préparer un diplôme ou un titre supérieur à celui déjà obtenu ou être travailleur handicapé, ou avoir l’intention de créer ou de reprendre une entreprise qui suppose l’obtention du diplôme ou du titre ;
  • ou à partir de 15 ans révolus, avoir terminé l’enseignement de la 3e.

Avec la loi travail, une expérience a été mis en place pour mettre en place l’âge limite du contrat d’apprentissage à 30 ans. Cette expérience est menée dans les régions suivantes :

  • Bretagne ;
  • Bourgogne-Franche-Comté ;
  • Centre-Val de Loire ;
  • Grand Est ;
  • Hauts-de-France ;
  • Nouvelle-Aquitaine ;
  • Pays de la Loire.

Depuis le 23 avril 2017, elle est également autorisée en Île-de-France et en Occitanie.

L’employeur doit donc désigner le maître d’apprentissage du salarié. Celui-ci va le suivre et l’accompagné dans ses missions quotidiennes.

Le contrat d’apprentissage peut être défini pour une période déterminée et également pour une période indéterminée. Dans les deux cas, la période d’apprentissage correspondra à la durée du cycle de formation (de 1 à 3 ans en fonction des formations).

Les avantages

Le salarié à la possibilité de suivre une formation et également de développer son expérience professionnelle. C’est l’avantage majeur du contrat d’apprentissage. Il pourra donc affirmer doublement son expertise grâce à la présentation du diplôme et de son expérience. En plus de ça, très souvent si le salarié est impliqué dans l’entreprise, il peut être prolongé à l’issu de son contrat d’apprentissage. Ce contrat est donc très bénéfique pour les jeunes.

Pour l’employeur il y a également de nombreux avantages. Tout d’abord le jeune salarié a peu ou aucune expérience, l’entreprise peut donc le former selon ses codes, et aussi un avantage majeur : l’aspect financier : En effet le salarié coûtera à l’entreprise :

  • La 1ère année : 25% du SMIC si le jeune a moins de 18 ans, 41% s’il a entre 18 et 21 ans et 53% s’il a plus de 21 ans ;
  • La 2ème année : 37% du SMIC s’il a moins de 18 ans, 49% entre 18 et 21 et 61% s’il a plus de 21 ans ;
  • La 3ème année : 53%, 65% et 78% du SMIC selon les mêmes tranches d’âge.

C’est donc très avantageux pour l’entreprise.

 

Nous espérons que cet article vous aura intéressé, Nous allons bientôt publier un article sur le contrat de professionnalisation également.

A bientôt chez E-Formaction !

Source : https://www.service-public.fr

@UgoChezE-Formaction

Vous pouvez également nous suivre sur nos réseaux ci-dessous !

Facebook: https://www.facebook.com/eformactionfabienexpilly/

Twitter: https://twitter.com/EFORMACTION

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCNebAuFe-bH1orE0Pp4i-Rw